Un mois de mai chargé dans l’univers Disney !

Pour ne pas refroidir après l’explosion Avengers Endgame, on reste dans les comics mais sur petit écran cette fois, sans oublier un sacré nombre de pages de lecture plus classique, mais aussi quelques objets magiques pour encombrer agréablement vos étagères. Et comme promis le mois dernier, une seule mention du Titan Fou de chez Marvel.

A l’horizon

La star du mois

Prince Ali, oui c’est bien lui, Ali Ababwa, qui arrive sur nos écrans de cinémaaaa ! Serviteurs et esclaves travaillent pour lui, c’est le réalisateur Guy Ritchie !
Bande de veinards, dégagez le bazar, vous allez voir ce que vous allez voir : c’est au tour de la version Live d’Aladdin de pointer le bout de sa lampe magique sur les écrans français le 22 mai. Zut, échec de rime…

C’est la deuxième des trois adaptations en film « Live » d’un classique d’animation Disney prévue pour cette année, après Dumbo. Aladdin est bien entendu la transposition en prises de vues réelles du film éponyme de John Musker et Ron Clements, datant de 1992. On retrouve au casting Will Smith, qu’on ne présente plus, dans le rôle du Génie, qui tentera de réunir Aladdin, incarné par Mena Massoud, et la princesse Jasmine, sous les traits de Naomi Scott.

Si la bande-annonce nous promet de superbes visuels (évidemment, le savoir faire est toujours là chez les différents studios Disney), avec énormément de fidélité au matériel d’origine, la surprise viendra du scénario. Dans quelle mesure aura-t-on des surprises ? Quelle sera la proximité avec l’histoire de base ? Je vous renvoie comme toujours vers la critique sur le site pour en savoir plus.

Aladdin de Guy Ritchie avec Will Smith

Pin Trading

Les sorties de pins de ce joli mois de mai semblent être en quelque sorte une mise en bouche pour le Festival du Roi Lion et de la Jungle qui arrive dans quelques semaines à Disneyland Paris : quatre pins et une lanière pour Le Livre de la Jungle d’une part, quatre pins individuels, un booster (un lot de quatre pins) et une lanière mais aussi une édition limitée pour Le Roi Lion d’autre part. Deux belles collections auxquelles ajouter une troisième encore plus fournie, celle sur le thème de Toy Story qui annonce quant à elle le film du mois prochain, avec quatre pins, un booster, une lanière et une pochette.

Quatre Editions Limitées viennent enrichir ces sorties, dont un très mignon Stitch accompagné de canetons et un amusant pins d’attraction représentant Mickey et Pluto dans l’ascenseur de la Tour de la Terreur. Les deux derniers mettent en scène Ariel, la Petite Sirène.

Pour compléter le magnifique tableau de ce mois-ci, deux pins et une lanière, tous aux couleurs de l’arc-en-ciel, annoncent la soirée Magical Pride qui entamera le mois prochain dans le parc parisien.

Disneyland Paris Pin Trading mai 2019

Disney Princesses Charms (et plus)

C’est à nouveau le film Aladdin qui est à l’honneur, puisque le cinquième bijou de la série n’est autre que le cœur portant le portrait de Jasmine qui marque ce mois de mai, avec le ciel d’Agrabah donnant leur couleur aux perles, mais aussi son soleil au bijou.

Profitons-en pour signaler que moult autres produits dérivés sont d’ores et déjà proposés sur ShopDisney, à l’occasion de la sortie du film, même si la majorité (pour ne pas dire tous) sont pour l’instant issus des visuels du long métrage animé de 1992. Poupées, peluches, mugs, déguisements, etc.
Avec une mention spéciale pour deux articles plus atypiques : un tapis volant (attention, la magie le faisant voler est à fournir par le propriétaire, via son imagination ; merci de votre compréhension) de 91 par 61 cm, ainsi qu’une lampe magique (au génie déjà libre, désolé, mais néanmoins pourvue d’effets lumineux). Lampe qui peut aussi être trouvée en coffret et en céramique cette fois, avec deux tasses, constituant ainsi un service à thé !

Pour les amateurs de figurines Pop, signalons aussi que Funko a édité récemment une collection de figurines vinyl tirées du nouveau film Aladdin, composée du Génie (classique ou phosphorescent), d’Aladdin (vaurien ou prince avec Abu) et de Jasmine (princesse classique ou pailletée, ou encore en version « desert moon ») bien évidemment, mais aussi de Jafar.
Petit aparté pour les curieux qui ne l’auraient pas vu : jetez un œil à la grande Funko intitulée « Jafar as Serpent », qui est une scénette (movie moments) vendue semble-t-il en « treasure box » exclusivement chez Hot Topic… elle vaut le détour.

Disney Princesses Charms
Funko Pop Disney Aladdin

Disney Wisdom Collection

La collection vire au bleu pour le mois de Meeko… de mai, pardon, avec les désormais habituels mugs, peluche, t-shirt, carnet et pins, portant essentiellement l’effigie du raton-laveur de la princesse indienne, ainsi que des feuilles et des motifs évoquant les mouvements de celles-ci portées par le vent, puisque la citation du mois émane de Grand-mère Feuillage : « Sometimes the right path is not the easiest one » (« Parfois, le droit chemin n’est pas le plus facile à suivre »). Une observation pleine de sagesse, destinée à guider Pocahontas et John Smith, mais qui devrait rester au fond de l’esprit de chacun d’entre nous…

Disney Wisdom Collection

Romans « Twisted Tales »

Hachette Heroes nous propose quatre volumes plutôt intrigants, regroupés dans une collection nommée « Twisted Tales » (« Histoires tordues »), que l’on pourrait rapprocher du concept Marvel des « What If ? » (« Et si ? »). Pour ceux qui ne connaissent pas, il s’agit d’histoires basées sur un univers connu, mais où un événement a différé de l’histoire que l’on connaît, et entraîné une série de conséquences généralement catastrophiques.

Ici, il s’agit bien sûr de récits basés sur des classiques Disney, mais où l’antagoniste à pris le dessus. Par exemple, dans « Ce rêve bleu », ce n’est pas Aladdin mais Jafar qui est entré en possession de la lampe merveilleuse… Autant dire que la santé du sultan ne s’en trouve pas améliorée, et que nos héros vont avoir fort à faire pour déchoir le tyran de son nouveau trône.

  • Maîtresse de tous les maux, par Serena Valentino, 280 pages, publié le 09 mai 2019 ; tiré de Cendrillon
  • Pauvre âme en perdition, par Serena Valentino, 204 pages, publié le 09 mai 2019 ; variante de La Petite Sirène
  • Ce rêve bleu, par Liz Braswell, 384 pages, publié le 15 mai 2019 ; dérivé de Aladdin
  • Histoire éternelle, par Liz Braswell, 280 pages, publié le 09 mai 2019 ; alternative à La Belle et la Bête

Bien que je n’ai eu que l’occasion de feuilleter ces ouvrages, ils me semblent plutôt adressés à des adolescents (au minimum), déjà du fait du format relativement imposant, mais aussi pour l’ambiance sombre, voire de la violence des propos. Constater au détour d’un paragraphe que Jasmine menace quelqu’un de mort, armée d’un couteau, cela surprend quelque peu…

Maîtresse de tous les maux, par Serena Valentino
Pauvre âme en perdition, par Serena Valentino
Ce rêve bleu, par Liz Braswell
Histoire éternelle, par Liz Braswell

Agents of S.H.I.E.L.D. – Saison 6

Les agents du Strategic Homeland Intervention Enforcement Logistics Division sont de retour pour une sixième saison sur les écrans américains d’ABC depuis le 10 mai 2019.

Nous les avions laissés à la fin de la saison 5, dans un épisode sobrement intitulé « The End » (« La Fin »), après leur victoire sur Talbot, avec une équipe quelque peu chamboulée : Coulson à la retraite, mourant mais heureux sur une plage tahitienne avec May, Mack à la tête des opérations et soutenu par la majorité du reste de l’équipe, Fitz dérivant (théoriquement) dans l’espace, celui revenu du futur étant quant à lui décédé… Les voyages dans le temps, ce n’est pas simple.

La saison 6 s’ouvre donc sur un nouveau S.H.I.E.L.D. : Mack (Henry Simmons), officiellement nouveau directeur, s’emploie à remonter l’agence, en recrutant des agents avec l’aide de l’inamovible Melinda May (Ming-Na Wen), tout en suivant la trace de pics énergétiques, manifestement liés à d’étranges individus apparaissant d’on ne sait où. Dans le même temps, Daisy (Chloe Bennet) et Simmons (Elizabeth Henstridge) dirigent une équipe réduite dans l’espace profond, à la recherche du caisson de stase de Fitz (Iain De Caestecker), dont le vaisseau spatial a été détruit au large de la Terre.

Agents of S.H.I.E.L.D saison 6

A noter que Clark Gregg, s’il fait une apparition dans le premier épisode, en est surtout le réalisateur. Il avait déjà été aux commandes du sixième épisode de la saison 5.

Il est à regretter peut-être que la série ait un peu été décrochée du MCU. Dans la saison 5, il n’est que fait mention de l’arrivée de l’ennemi, mais nous n’avons vu aucune conséquence sur l’équipe (ou son environnement) de l’événement majeur de Avengers : Infinity War. De même, le premier épisode ne fait aucune allusion aux événements de Endgame. Mais ces films étant sortis, contrairement à ceux qui étaient pris en compte (comme Captain America : Winter Soldier, par exemple), lors de l’inter-saison de la série, cela est peut-être normal. Néanmoins, les répercussions sont assez massives sur le monde entier pour justifier un minimum de mentions, pour l’instant absentes. Nous verrons comment cela évoluera : est-ce que la série restera liée à l’univers des films, allant jusqu’à avoir à nouveau des interactions avec ceux-ci, ou n’y sera-t-elle que théoriquement liée, par de rares allusions, comme pour Jessica Jones et autres Daredevil ?

Sortie vidéo de Spider-Man New Generation

On triche un petit peu, puisque ce film n’est pas à proprement parler un film Disney, mais un film Sony Pictures Animation. Cependant, il concerne des héros de chez Marvel, et a été réalisé en association avec Marvel, donc ça me paraît valide. Aller, on dit que ça compte ! Le 6 mai sont arrivées dans les bacs les différentes éditions du film d’animation Spider-Man : Into the Spider-Verse (ou Spider-Man : New Generation en français, aussi curieux que ça paraisse…). Une édition DVD, une en blu-ray, et la dernière en coffret contenant le blu-ray, sa version 3D, et la version 4K Ultra HD sont donc accessibles à ceux équipés en conséquence.

Si les deux versions blu-ray ont des contenus similaires du point de vue des bonus, le DVD est privé de cinq documentaires axés sur les personnages et leur conception. Mais le court métrage Spider-Cochon : pris pour un jambon est disponible sur tous les supports !

Spider-man : New Generation en video

Réalisé par Bob Persichetti, Peter Ramsey et Rodney Rothman, le film est sorti au cinéma le 12 décembre 2018, donc pour ceux qui, comme moi, l’ont raté à cette occasion : foncez ! Vous y retrouverez avec plaisir (ou pas) Olivier Giroud qui prête sa voix au Bouffon Vert, mais surtout Stéphane Bak dans le rôle de Miles Morales et Camélia Jordana en Spider-Gwen. La version originale accueille aussi de grands noms, puisque Nicholas Cage double le Spider-Man Noir, Liev Schreiber l’imposant Wilson Fisk, et Chris Pine incarne le Peter Parker « classique », mais Zoë Kravitz est aussi au générique dans le rôle de Mary-Jane, ainsi que Mahershala Ali pour la voix de l’Oncle Aaron et que l’on a déjà vu dans une production super-héroïque puisqu’il tenait le rôle du vil Cottonmouth dans la série Luke Cage.

Star Wars Icones Tome 8 : Yoda

Huitième tome de la collection Icônes des éditions Delcourt, et publié le 2 mai 2019, il s’agit cette fois d’un recueil de sept histoires liées au plus sage des maîtres Jedi, Yoda.

Le rapport avec Yoda est cependant tout relatif, puisque dans la première histoire il ne fait que recueillir le témoignage d’un soldat clone avec le reste du Conseil Jedi. Les deux dernières histoires sont celles d’autres Jedi de la même espèce, en l’occurrence Yaddle, Maître siégeant au Conseil en même temps que Yoda, et Minch, alors Chevalier Jedi.

Même si ces sept histoires sont sans rapport direct, elles ne manquent pas d’intérêt pour autant. Tantôt épiques, tantôt humoristiques, voire pleines de sagesse, elles ont toutes le petit plus qui saura créer l’intérêt des lecteurs. Il en va de même pour leur esthétique : sept histoires, sept styles graphiques différents, allant du caricatural au mélange de dessins et de décors photo-réalistes.

Star Wars Icones : Yoda

Mais cette diversité est aussi d’une certaine façon le point faible de l’album : chaque scénariste ayant fait un choix pour « son Yoda », on a une disparité de caractères et de comportements de celui-ci d’un récit à l’autre, ce qui peut perturber un peu. Malgré tout, ce numéro vaut le détour, ne serait-ce que pour les récits concernant les personnages méconnus que sont Yaddle et Minch.

A la poupe

Hachette Heroes

Pour les lecteurs amateurs de Marvel qui n’aimeraient pas spécialement les comics (sait-on jamais…), trois romans ont été publiés chez Hachette au mois d’avril, profitant de l’engouement pour les films récents.

  • Captain Marvel – Toujours plus haut, par Liza Palmer, 304 pages, publié le 10 avril 2019
  • Miles Morales – Spider-Man, par Jason Reynolds, 304 pages, publié le 10 avril 2019
  • Thanos – Le Dilemme du Titan, par Barry Lyga, 448 pages, publié le 24 avril 2019

Petit avertissement liminaire pour les fans de l’héroïne cosmique : Toujours plus haut retrace le parcours de Carol Danvers à l’académie de l’U.S. Air Force, où elle tente d’obtenir ses galons de pilote, et non de la super-héroïne Captain Marvel. Si le titre peut être trompeur, la quatrième de couverture est néanmoins très claire sur le sujet.

De ces trois volumes, seul le premier semble proposer une histoire « tout public », plus accessibles malgré le volume. Sans être un expert, je pense que des enfants dès 10 ans pourraient se pencher sur la question, mais n’hésitez pas à demander confirmation à votre libraire favori. Mais seront-ils intéressés par l’histoire d’une apprentie pilote, et la lutte des femmes pour accéder aux postes importants dans l’armée américaine ? Je ne suis pas sûr.

Dans Spider-Man, Miles Morales est confronté à des troubles de ses pouvoirs, mais aussi à des problèmes de société tels que « l’esclavage et le système carcéral moderne » (pour citer le résumé du livre). Je ne pense pas que ce genre de problématique soient très parlant pour des enfants, mais plus pour des adolescents.

Le Dilemme du Titan est selon moi pour les plus âgés encore, puisqu’il reprend les débuts du Titan Fou, donc on peut raisonnablement s’attendre à des actes de violence, et probablement à des mises à mort… Vous voilà avertis !

Captain Marvel – Toujours plus haut, par Liza Palmer
Miles Morales - Spider-Man, par Jason Reynolds
Thanos - Le Dilemme du Titan, par Barry Lyga

Cloak and Dagger – Saison 2

Petit retour rapide sur la première saison : Tandy Bowen (Olivia Holt) et Tyrone Johnson (Aubrey Joseph) sont deux enfants que rien ne lie, si ce n’est l’exposition à l’explosion d’une plate-forme de la Roxxon, entreprise bien connue de l’univers des comics pour ses activités douteuses. Là non plus, tout n’est pas net puisque des émanations de cette installation donnent aux deux enfants des capacités hors du commun. Si Tandy développera la capacité de créer des cristaux de lumière solide et tranchante, Tyrone sera quant à lui capable d’utiliser les ombres pour se téléporter. Durant les dix épisodes de la saison, nous les suivront dans leur découverte de leurs pouvoirs, mais aussi de l’un-l’autre, ainsi que dans leur recherche de la vérité sur les causes de l’incident. A la fin de la saison, la jeune fille peut retourner vivre avec sa mère, alors que c’est son camarade qui prend sa place, forcé de quitter sa famille et se cacher dans une église désaffectée, accusé à tort de meurtre.

Cloak and Dagger Saison 2

La deuxième saison semble annonciatrice de la carrière de justicier du duo d’ombre et de lumière. Tous deux sont peu satisfait de faire profil bas, et même si Tandy peut à nouveau tisser des liens avec sa mère et se remettre à la danse, elle va rapidement s’apercevoir que, comme Tyrone, elle aspire à faire le bien, à rendre la justice à l’aide de ses pouvoirs.
Amazon nous promet de l’action dans cette saison, puisque l’une des affiches de la série porte la mention « Season 2 will be mayhem » (« ça sera le chaos dans la saison 2 »… traduction libre).

Le premier épisode, « Restless Energy » a été diffusé le 4 avril 2019 sur le réseau de vidéos à la demande Amazon Prime, immédiatement suivit du deuxième, et la diffusion se poursuit depuis au rythme d’un par semaine, pour un final prévu pour le 30 mai, avec le dixième et dernier épisode, intitulé « Level Up ».