Marvel Studios, Thor Ragnarok
  • Réalisé par : Taika Waititi

  • Sortie France : 25 octobre 2017

  • Bande Originale : Mark Mothersbaugh

  • Durée : 2h10 min

Notre verdict

Le retour en fanfare de Thor !

La dernière production de Marvel Studios de l’année 2017 nous emmène vers l’apocalypse asgardienne. Le Ragnarök est imminent.

Nous avions laissé Asgard sous le règne de Loki dissimulé de la vue de tous sous les traits d’Odin à la fin de Thor : Le Monde des Ténèbres. Alors qu’il essaye d’empêcher l’inéluctable causé par une déesse guerrière impitoyable (je vous éviterai ici les spoilers), notre super-héros (Chris Hemsworth) sans marteau et sans ses longs cheveux blonds se retrouve propulsé dans le cosmos.

Exit la Terre, place aux étoiles et à une planète décharge dirigée par le Grand Maitre (Jeff Goldblum impeccable dans son interprétation). Ne vous attendez pas néanmoins à voir surgir un Rocket surexcité ou un Star Lord walkmané, la seule rencontre que notre dieu nordique va faire, c’est celle de son collègue de travail, Hulk, colosse de jade campé par Mark Ruffalo.

Une nouvelle impulsion pour Thor

Après deux épisodes anecdotiques, sa présence dans les deux Avengers et une scène mémorable à la fin de Doctor Strange, que vous retrouverez dans ce film d’ailleurs, Thor, notre grand et beau blond aux yeux bleus de la mythologie nordique revient cette année pour éviter la fin du monde d’Asgard : le Ragnarök.
Alors, cet épisode m’a-t-il convaincu ? A-t-il réussi à me réconcilier avec l’univers du dieu au marteau ?

Et bien… oui, autant vous le dire toute de suite, ce film m’a enchanté. Thor : Ragnarok est un film fun et divertissant, et ce pour 3 raisons. Tout d’abord, il marque le retour de deux personnages après leur disparition à l’issue d’Avengers : L’ère d’Ultron. Deuxièmement, il place le protagoniste dans une aventure cosmique digne du grand Jack Kirby. Et enfin, il inscrit le dieu nordique dans un changement de ton radical, loin des deux films précédents, mais plus proche de ses confrères gardiens. Et franchement, ça marche plutôt bien et je ne pensais pas Thor capable d’être aussi drôle, peut-être même trop par moment ?

Un scénario 100% Marvel (attention aux spoilers !)

L’histoire, parlons-en. Librement inspirée de l’arc narratif du même nom dans l’univers de Thor et de l’arc Planète Hulk datant de 2006 et écrite par Greg Pak, le film nous plonge directement dans le vif du sujet. On retrouve Thor emprisonné, faisant la causette à un squelette et prêt à en découdre avec Surtur, immense démon enflammé, potentiellement responsable de cet Armageddon. Après l’écran titre, retour sur Asgard ou le statu quo sera assez vite remis en place après une scène de théâtre hilarante. Un rapide passage sur Terre en compagnie de Loki est effectué, pour demander de l’aide au sorcier suprême afin de retrouver leur père. Les révélations suivront et nos héros seront lancés dans l’espace intersidéral.
On retrouve un héros égal à lui-même, cheveux longs et marteau à la main, du moins au début de l’intrigue. Toutefois, et c’est ce qui choque dès les premiers instants, le personnage est drôle, fun à la limite même de briser le 4ème mur à la manière d’un certain Deadpool, loin du héros shakespearien dépeint par Kenneth Branagh dans le premier opus. Taika Waititi réussit à nous montrer un personnage qu’on ne soupçonnait pas et capable finalement de remettre en question sa propre conception des choses.

Si le fil de l’histoire n’a rien de révolutionnaire, on est heureux de retrouver nos personnages préférés. Alors attention, même si l’histoire est adaptée de Planet Hulk, ce film n’est pas un film Hulk. Il s’agit bel et bien d’un film Thor. On garde la mythologie, les personnages, les lieux, on s’amuse avec les références du titre. D’ailleurs, quelques références feront à coup sûr réagir les fans de comics. Le réalisateur maîtrise clairement son personnage, son sujet et son histoire. Cependant, on ne change pas la formule Marvel, tout est connecté, il ne faut pas l’oublier.

Loki dans Thor : Ragnarok

Avengers, rassemblement !

La grande force du film réside dans ses personnages. Dire que j’attendais l’apparition de Héla, grande méchante du film, est un euphémisme. Celle-ci, néanmoins, a vu son histoire totalement réécrite. Si Cate Blanchett remplit le contrat, le personnage n’est cependant pas à la hauteur de mes attentes. On sera heureux de l’apparition de Skurge l’Exécuteur, personnage connu des comics, toutefois anecdotique et peu utile qui ne sert pas l’intrigue. On retiendra surtout Valkyrie qui est la véritable révélation de ce film. Personnage alcoolique et bagarreuse, c’est le personnage badass de cet épisode. Tessa Thompson donne une intensité au personnage sans en faire trop. Tout semble naturel et ça se ressent à l’image. Mention spéciale à Jeff Goldblum qui réussit à sortir un grand maître totalement déconnecté de la réalité, déluré et maniéré à souhait.

Mais parlons du trio Loki, Thor, Hulk. Les personnages sont en symbiose. Ça marche du feu de dieu. Les acteurs sont parfaits. Loki reste toujours un personnage extraordinaire, et Tom Hiddelston donne toujours le meilleur. La prestation de Mark Ruffalo en un Hulk gros gamin un peu limité est assez drôle. Pour Thor, c’est un tout autre registre. Chris Hemsworth est obligé de jouer un personnage presque à l’opposé de l’essence même du personnage. A vouloir donner un ton plus humoristique à ce héros, le personnage se perd en gags et en blagues lourdingues à certains moments. On aurait apprécié un peu moins de légèreté sur le personnage. L’impression parfois de voir un Kevin de SOS Fantômes nouvelle génération.

Les références sont multiples. De la présence de Stan Lee et de Doctor Strange (Benedict Cumberbatch) au parapluie, rappelant les débuts du personnage dans le comics et bien d’autres encore, les fans seront servis. Waititi réussit à nous rappeler tous les événements précédents grâce au jeu de ses acteurs principaux. Les scènes, interactions et réactions entre eux ont de quoi devenir cultes dans l’histoire des films Marvel.

Valkyrie et Thor dans Thor : Ragnarok
Thor en gladiateur dans Thor : Ragnarok

Esthétisme et tonalité

S’il y a bien des éléments qu’on ne peut pas retirer à ce film, c’est bien son esthétisme et sa tonalité.
Le changement de ton est radical. Exit le ton solennel des deux premiers opus qui se prenaient trop au sérieux. Celui-ci, a contrario, se la joue peut-être trop léger. Sans réelle dimension dramatique, le fond de l’histoire en pâtit. On serait en droit d’attendre une atmosphère plus dramatique lorsqu’une apocalypse se profile. Or, le film nous donne des personnages sans aucun sérieux et aucune profondeur, à l’exception de Valkyrie. Même Bruce Banner et son destin tragique devient juste un ersatz de Tony Stark.

Ce Thor lorgne son esthétisme du côté des Gardiens de la Galaxie. Et c’est franchement plaisant. On regrettera cependant quelques incrustations ratées. Ça fleure bon les années 80, les flippers rétro et Flash Gordon. On appréciera toutefois des images et des couleurs proches des planches des grandes années Jack Kirby, lorsque le dessinateur reprit le héros et lui donna des aventures beaucoup plus cosmiques et épiques. On sent clairement l’inspiration du réalisateur et le parti pris envers ces grandes années. La branche cosmique du MCU est plus que jamais d’actualité avec l’arrivée d’un Captain Marvel, prochaine superproduction galactique de l’écurie.

Gros plus pour l’ambiance musicale du film. Très marquée 80’s, elle donne une ambiance parfaite au film et on est heureux d’avoir enfin un thème musical fort et entêtant contrairement aux autres films de l’univers étendu.

Poster de Thor, Thor : Ragnarok
Poster de Hulk, Thor : Ragnarok
Poster de Valkyrie, Thor : Ragnarok
Poster de Loki, Thor : Ragnarok
Poster de Hela, Thor : Ragnarok

Alors, on recommande Thor : Ragnarok ?

Evidemment, si vous trouviez que Thor ne parvenait pas à s’intégrer dans l’humour à la Marvel, vous serez obligés de réviser votre jugement tant cette itération est bourrée d’humour. Ce film vous réconciliera avec le beau dieu.
Vous en prendrez plein les yeux, littéralement, tant ce film est coloré. Pour ceux qui l’auraient pratiqué, ce Thor est digne d’un épisode signé Jack Kirby. Exit le Londres pluvieux du second opus donc, cet épisode est bourré de fluo, toute la palette du peintre y passe. Des costumes hauts en couleur, des lieux bourrés de lumière. C’est bien simple, ce film est un hymne aux années 80. C’est aussi du fan service du début à la fin. Mais, le film plaira autant aux aficionados qu’aux débutants. C’est fun, épique et rythmé. On regrettera toutefois une profondeur et un sens du tragique totalement absent.

Notre verdict

On a aimé

  • Le retour en grâce de Thor

  • Le ton très Flash Gordon

  • Les références nombreuses au Thorverse

  • L’apparition de Doctor Strange

  • L’interaction entre les personnages

  • De l’humour à chaque séquence…

On n’a pas aimé

  • … mais parfois un peu trop de blagues

  • Des effets de transition un peu hasardeux

  • Des effets d’incrustation parfois mal faits

  • Manque de tragique et de profondeur

Commandez Thor : Le Monde des Ténèbres, le second volet de la saga !

Donnez un coup de pouce à l’association en commandant vos films et livres en suivant ce lien sur Amazon. Cela ne vous coûte rien et cela nous aide beaucoup !

Commander le Blu-Ray
Commander le Blu-Ray 3D
Commander le DVD

Rejoignez les Fans Disney d’Alsace !

Rejoignez l’association Fans Disney d’Alsace pour bénéficier des privilèges et être informés en premier de nos événements !

Inscrivez-vous maintenant !